French News: L’étude de Jülich apporte de nouvelles informations sur la formation d’aérosols dans l’atmosphère

Source: Forschungszentrum Julich Jülich, 30 janvier 2019 – Des chercheurs du Forschungszentrum Jülich, des universités de Manchester et de Göteborg, ainsi que d’autres chercheurs internationaux ont fait une découverte importante pour comprendre la formation des aérosols et donc les particules en suspension dans l’atmosphère. Les climatologues ont adopté une nouvelle approche: ils ont estimé pour la première fois que des traces de gaz et de vapeurs biogéniques et anthropiques peuvent se trouver dans différents mélanges dans l’atmosphère. Dans leur étude, ils ont révélé pourquoi la formation d’aérosols dans des mélanges atmosphériques peut être considérablement inférieure à celle attendue d’études de laboratoire antérieures. Les nouvelles découvertes aident à rendre les modèles climatiques plus précis et donc plus fiables – une condition préalable essentielle à une protection accrue du climat et à une meilleure qualité de l’air. L’étude sera publiée demain mercredi dans la célèbre revue Nature.

L’influence des particules d’aérosol sur le climat est le principal facteur d’incertitude du changement climatique anthropique. De plus, on sait que les particules d’aérosol sous forme de poussière fine causent des dommages importants à la santé humaine: elles causent chaque année des millions de décès prématurés dans le monde. “Notre étude est la première à traiter de l’influence de mélanges complexes de gaz à l’état de traces dans l’atmosphère sur la charge en particules”, explique le professeur Thomas Mentel de l’Institut de recherche sur la troposphère de Jülich. Des aérosols organiques secondaires se forment efficacement lorsque de grosses molécules biogéniques, Les soi-disant terpènes, dans l’air, réagissent avec les radicaux OH, ce qu’on appelle le “détergent de l’atmosphère”. La nouvelle étude montre maintenant que la présence de petites molécules telles que l’isoprène biogénique, le méthane ou le monoxyde de carbone anthropique mélangé à des terpènes entraîne une réduction significative de la quantité de particules d’aérosol dans les mélanges de gaz traces: “Nous avons découvert que l’isoprène et le terpène sont ne pas contester les radicaux OH les uns des autres. Les intermédiaires des réactions OH réagissent également les uns avec les autres, ce qui entrave la production de particules d’aérosol “, a déclaré Mentel. L’équipe de recherche de Göteborg a intégré les effets observés dans un modèle global de qualité de l’air. Mentel: “De cette manière, nous avons pu prouver que les résultats des expériences fondamentales pouvaient être transférés dans les conditions réelles de l’atmosphère. Les résultats ont permis de mieux comprendre l’influence des aérosols sur le climat et la qualité de l’air. “Sur la base des nouvelles découvertes, le scientifique de Jülich appelle à repenser et à adopter une approche conceptuelle différente du problème des particules d’aérosols:” Dans sa volonté légitime d’isoler les processus, Afin de les examiner de plus près, on oublie souvent que le mélange est l’état réel de l’atmosphère. Nos recherches montrent que pour quantifier la charge de particules dans les études de laboratoire, nous devons savoir à quel mélange d’oxydes naturels et anthropogènes nous intéressons dans notre atmosphère. “Publication originale: Gordon McFiggans, Thomas F. Mentel, Jurgen Wildt, Iida Pullinen, Sungah Kang, Einhard Kleist, Sebastian Schmitt, Monika Springer, Ralf Tillmann, Cheng Wu, Defeng Zhao, Mattias Hallquist, Cameron Faxon, Michael Le Breton, Asa M. Hallquist, David Simpson, Robert Bergstrom, Michael E. Jenkin, Mikael Ehn et Joel A. Thornton , M. Rami Alfarra, Thomas J. Bannan, Carl J. Percival, Michael Priestley, David Topping et Astrid Kiendler-Scharr: aérosol organique secondaire réduit par un mélange de vapeurs atmosphériques. DOI: 10.1038 / s41586-018-0871-yPlus d’informations: Institut de recherche sur le climat et l’énergie, Division de la troposphère (IEK-8) Contact: Prof. Thomas F. Mentel Institut de recherche sur l’énergie et le climat, Département de la troposphère (IEK-8) Tél.: 02461 61-6921E-Mail: t.mentel@fz-juelich.dePressekontakt: Erhard Zeiss, PressereferentTel.: 02461 61-1841E-Mail: e.zeiss@fz-juelich.de

vers le haut

MIL OSI