French News: L. Bokova: Nous avons préparé des propositions clés pour la finalisation du projet de loi sur la course souveraine en seconde lecture

Source: Russie – Conseil de la fédération

Une réunion s’est tenue au Conseil de la fédération avec la participation de représentants de l’industrie des télécommunications et d’experts.

Le Conseil de la fédération a préparé des propositions en vue de finaliser le projet de loi sur les amendements à certains actes législatifs de la Fédération de Russie (en partie pour assurer un fonctionnement sûr et durable de l’Internet dans la Fédération de Russie) pour la deuxième lecture à la Douma. Lyudmila Bokova, Bokova Lyudmila Nikolaïevna, représentante de l’organe législatif (représentant) des États Le 12 mars, une réunion s’est tenue avec des représentants de l’industrie des télécommunications et des experts. «Lors de l’examen du projet de loi, la Douma d’Etat a fait remarquer que les menaces spécifiques qui pèsent sur l’intégrité de l’Internet russe sont dirigées contre le projet de loi. Cette remarque est également formulée dans le rappel du gouvernement », a déclaré Lyudmila Bokova.

Voir aussi

“Puisque toutes les menaces prévues par la loi ne peuvent être prescrites, elles peuvent changer, de nouvelles apparaissent”, a-t-il expliqué. Le projet de loi renforce la nécessité d’adopter un acte du gouvernement précisant la procédure à suivre pour identifier ces menaces, ainsi que leurs principaux types et modèles “. «À cet égard, dans le projet de loi, nous sommes également prêts à indiquer directement que certaines mesures, telles que l’obligation pour les opérateurs de télécommunications de respecter les règles de circulation établies par l’État, ne seront appliquées que si ces menaces sont identifiées», a expliqué le parlementaire.

La question de savoir si le devoir des opérateurs de télécommunications de bloquer les ressources interdites sur Internet via le registre Roskomnadzor devrait être discutée

Lyudmila Bokova a indiqué que la question de savoir si l’obligation des opérateurs de télécommunications de bloquer les ressources interdites sur Internet par le biais du registre de Roskomnadzor devrait être préservée lorsqu’il existe des logiciels et des outils matériels pour lutter contre les menaces installées sur leurs réseaux. Dans la version actuelle du projet de loi, une telle obligation est supprimée des opérateurs dès qu’ils mettent des moyens spéciaux sur leur réseau. “Nous comprenons toutefois que les moyens techniques de lutte contre les menaces ne seront pas objectivement installés simultanément sur tous les réseaux d’opérateurs (plus de 15 000 en Russie). En conséquence, les opérateurs de télécommunication, qui disposeront de telles installations, et les opérateurs de télécommunication, qui n’en auront pas, se trouveront dans des conditions inégales. À cet égard, la possibilité d’exclure complètement cette norme du projet de loi ou de déterminer la procédure spéciale pour son entrée est à présent en discussion, par exemple un an après l’adoption de la loi “, a déclaré la sénatrice. Lyudmila Bokova a souligné que la responsabilité des opérateurs de télécommunication envers les abonnés est délicate. défaillances du réseau de communication résultant du travail de moyens spéciaux de lutte contre les menaces. À présent, le projet de loi instaure une disposition qui exempte les opérateurs de communication de toute responsabilité en cas de violation des conditions d’octroi de licence, c’est-à-dire à l’État. «Très probablement, nous proposerons dans le projet de loi de régler les cas dans lesquels un opérateur de communication sera exonéré de toute responsabilité en vertu d’un contrat avec un abonné ou sa responsabilité sera limitée. Mais nous devrions également déterminer l’ordre dans lequel le souscripteur pourra recevoir une indemnisation pour les pertes qu’il a subies. »Le parlementaire a souligné que de nombreux problèmes étaient liés à la répartition des pouvoirs d’adoption de la législation secondaire entre le gouvernement, le ministère des Communications et Roskomnadzor. «Maintenant dans le projet de loi, beaucoup est donné à Roskomnadzor. De toute évidence, il est nécessaire de s’adapter ici. »Lyudmila Bokova a souligné que le gouvernement devrait adopter des actes clés. Par exemple, l’ordre de gestion centralisée des réseaux de communication; la procédure de tenue du registre des points d’échange de trafic; réglementation du système national des noms de domaine. Le ministère du Développement numérique, des Communications et des Communications de masse devrait définir les exigences techniques (par exemple, les logiciels et le matériel pour contrer les menaces, les réseaux de communication, leur installation, etc.) L’agence de surveillance devrait élaborer des procédures de contrôle de l’application de la loi et des questions de procédure de collecte d’informations, selon le législateur. «Un autre sujet important est la compensation pour les opérateurs de communication des coûts associés à l’installation et à l’exploitation ultérieure de logiciels et de matériels pour contrer les menaces sur leurs réseaux. Maintenant, dans le projet de loi, il n’est pas fourni. Toutefois, comme le projet de loi repose sur le principe selon lequel l’Etat supporte à ses frais toutes les dépenses liées à la mise en œuvre des mesures qu’il envisage, si ces dépenses sont supportées de manière objective par les acteurs du marché, cette question devrait être résolue dans le projet de loi », a-t-elle déclaré.

MIL OSI