French News: Hoffmann au congrès de la CES: c’est ce dont nous avons besoin pour une Europe sociale

Source: DGB – Le Conseil exécutif fédéral Reiner Hoffmann, président du DGB, a appelé à des signaux clairs pour une Europe sociale lors du Congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES). Ceux-ci incluent des droits de participation des travailleurs plus forts, un plan Marshall pour l’Europe et le droit de passage pour des droits sociaux fondamentaux au détriment des intérêts de l’économie.

DGB

Le président de la DGB, Reiner Hoffmann, appelle à des messages clairs pour une Europe sociale lors du congrès de la CES à Vienne le 21 mai: renforcer les droits de codétermination des travailleurs de toute l’Europe. Un plan Marshall pour l’Europe et la prévention des droits sociaux entreprise # etuc2019

“Nous avons besoin d’un cadre fiable pour la participation des travailleurs et les droits de participation partout en Europe”, a déclaré Hoffmann lors de son discours devant le Congrès de la CES. “Le plan Juncker a été un grand succès pour la Confédération européenne des Syndicats. Fonds européen pour les investissements stratégiques – a été lancé. C’est bien, mais de loin pas assez. Nous avons besoin d’un programme d’investissement futur ambitieux “, a poursuivi Hoffmann. “Investir dans le développement des infrastructures, un environnement sain, une bonne éducation, des logements abordables et bien plus encore. Nous avons besoin d’un plan Marshall européen, avec lequel nous sécurisons également notre implantation industrielle. “Le Congrès de la CES doit envoyer des” messages clairs pour une Europe plus sociale et plus juste “, a demandé le président du DGB:” Les droits sociaux fondamentaux doivent finalement prévaloir sur l’économie La liberté des entreprises a. “Discours complet du président de la DGB, Reiner Hoffmann, à l’occasion du congrès de l’EGB à Vienne (20 mai 2019): Chers collègues, vous disposez du rapport d’activité. Je pense que c’est une bonne occasion de vous remercier. Je vous remercie pour le travail accompli par le Secrétariat de la CES au cours des quatre dernières années, non seulement facile depuis quatre ans, mais toujours attaché à l’intérêt commun d’améliorer les conditions de travail et de vie des travailleurs partout en Europe. Nous savons très bien mais nous savons aussi que l’Europe est beaucoup trop importante pour que les travailleurs échouent L’UE est plus qu’un projet néolibéral de libre-échange. Pourquoi, c’est nous, les syndicats et la CES – qui avons combattu – que l’Europe a une dimension sociale, mais la dimension sociale ne s’est pas arrêtée. Dans de nombreux États membres, les droits des travailleurs ont été restreints et parfois même littéralement déchiquetés par une politique de crise complètement fausse: nous constatons depuis des années que le nombre de conventions collectives contraignantes est de moins en moins contraignant. Pourquoi? Parce que trop d’employeurs travaillent quotidiennement. C’est la raison pour laquelle c’était et est vrai que la CES a lancé la campagne d’augmentation des salaires. Nous avons besoin d’une meilleure couverture de la négociation collective dans toute l’Europe. En Allemagne, il est passé en moyenne de plus de 70% à 54%. Dans les autres Etats membres, elle est tombée en dessous de 40%. À l’avenir, les contrats publics ne peuvent être attribués qu’à des entreprises qui paient également des salaires collectifs réguliers. À l’avenir, les travailleurs détachés – quel que soit leur État membre d’origine – devront être rémunérés sur place au salaire collectif applicable. Nous nous sommes beaucoup rapprochés du principe de “salaire égal pour un travail égal au même endroit”. L’Europe doit protéger le bon travail et non pas celle de l’Europe. Ce fut un grand succès pour la CES que la Juncker Plan – aujourd’hui le Fonds européen pour les investissements stratégiques – a été lancé. C’est bien, mais de loin pas assez. Nous avons besoin d’un programme d’investissement ambitieux pour l’avenir: investissements dans le développement de nos infrastructures, un environnement sain, une éducation de qualité, des logements abordables et bien plus encore. Nous avons besoin d’un plan européen des marshals qui sécurisera également notre site industriel.La CES s’est engagée à renforcer la voix des travailleurs, leur participation et leur participation. Dans le domaine du droit européen des sociétés et du droit des sociétés, il a été empêché que les sociétés ne fuient la codétermination. Mais cela ne suffit pas: il nous faut un cadre fiable pour la participation des travailleurs et le respect des droits de participation dans toute l’Europe: envoyons des messages clairs de notre congrès à Vienne pour une Europe plus sociale et plus équitable libertés économiques des entreprises. Et montrons le bord clair! Contre les ennemis de l’Europe et les ennemis de la démocratie. Nous placerons à l’intérieur de leurs frontières les populistes de droite, les nationalistes de droite radicaux et les fascistes.Nous sommes attachés à un Parlement européen fort, attaché à la citoyenneté et à l’Europe sociale. Et il est également clair pour nous en ce qui concerne l’avenir de la CES: nous avons besoin d’une CES forte, efficace et efficiente.

MIL OSI