Программа работы нацелена на возобновление роста

MIL OSI – Source: IMF – News in Russian –

Headline: Программа работы нацелена на возобновление роста

Стройка вблизи Нью-Дели: новая инициатива МВФ для поддержки политики в области инфраструктуры поможет странам повысить эффективность государственных инвестиций (фото: Anindito Mukherjee/Reuters/Newscom).Ссылки по теме
ПРОГРАММА РАБОТЫ МВФ
Обзор МВФ
16 июня 2016 г.
МВФ предлагает подход на базе трех составляющих — денежно-кредитных, налогово-бюджетных и структурных мер, — чтобы подстегнуть рост.Сосредоточение внимания на новых и возникающих проблемах, параллельно с работой по давно установленным направлениям реформ.Текущие изменения в мировой экономике требуют активного сотрудничества на глобальном уровне.

МВФ выпустил программу своей работы на следующие двенадцать месяцев, в которой делается упор на то, чтобы вернуть мировую экономику на более прочную и безопасную траекторию движения к экономическому росту.
Данная программа работы соответствует направлениям, представленным в Глобальной программе мер и в выпущенном в апреле коммюнике Международного валютно-финансового комитета.В программе работы выделены направления деятельности МВФ в поддержку трехстороннего подхода, охватывающего меры денежно-кредитной, налогово-бюджетной и структурной политики для стимулирования роста. В ней также представлена работа для помощи странам-членам в решении возникающих проблем (таких как изменение климата и неравенство) и укрепления международной валютной системы.«Мировую экономику сдерживал рост, который был слишком медленным в течение слишком долгого периода», — сказала Кристин Лагард, директор-распорядитель МВФ, в заявлении Исполнительному совету МВФ.Решение задач экономической политикиВ условиях более слабого мирового роста программа работы нацелена на помощь странам в создании более сбалансированного и действенного набора мер политики. Денежно-кредитная политика. МВФ будет и далее изучать последствия нетрадиционных мер денежно-кредитной политики и создаваемых ими вторичных эффектов для других стран, особенно стран с формирующимся рынком. С этим связана еще одна сфера деятельности, находящаяся в центре внимания, — управление потоками капитала. В течение предстоящего года МВФ проанализирует опыт стран-членов в работе с потоками капитала на протяжении последних лет, чтобы получить более четкую картину связанных с этим макроэкономических рисков и рисков для финансовой стабильности.Надзор за финансовым сектором. Планируется расширение работы МВФ по углублению макрофинансового анализа, а также по укреплению основ надзора и регулирования в странах-членах. МВФ подведет итоги продвижения на пути реформ регулирования на мировом и региональном уровне в свете повышения рисков для мировой финансовой стабильности. Программа также включает несколько элементов, касающихся работы с факторами уязвимости в финансовом секторе и уменьшения риска. В частности, МВФ проведет анализ имеющейся информации о движущих силах и следствиях наблюдающихся тенденций в корреспондентских отношениях между банками и обсудит роль, которую Фонд может играть в этой области. Налогово-бюджетная политика. В программе работы отмечается, что в некоторых странах на налогово-бюджетную политику должны возлагаться более широкие задачи, поскольку денежно-кредитная политика не может нести все бремя ответных мер для решения текущих проблем. Налогово-бюджетная политика может играть более значительную роль в поддержке спроса в тех странах, где имеется пространство для бюджетного маневра. МВФ проведет работу по составлению набора критериев для оценки бюджетных возможностей отдельных государств, чтобы готовить согласованные оценки между странами. Вопрос о том, задействовать ли бюджетный потенциал и каким образом, будет, кроме того, определяться конкретными обстоятельствами стран, такими как действующие бюджетные правила и основы. МВФ также возглавит инициативу по поддержке политики в области инфраструктуры, ориентированную на помощь странам в целях повышения эффективности государственных инвестиций, и, в надлежащих случаях, определит варианты устойчивого расширения расходов на инфраструктуру. Эта инициатива, в рамках которой будут проводиться экспериментальные проекты в ряде стран, призвана пролить свет на то, каким мерам политики следует отдавать приоритет, чтобы инвестиции в инфраструктуру вели к активному и продолжительному росту.Что касается стран с низкими доходами, организация будет и далее поддерживать усилия по увеличению мобилизации внутренних государственных доходов в развивающихся странах и планирует сформулировать основы для повышения потенциала в сфере управления государственными финансами в нестабильных государствах.Структурные реформы. МВФ будет уделять больше внимания роли структурных реформ в повышении производительности и роста. Персонал разработает инструментарий по структурным реформам для групп, работающих по конкретным странам, с тем чтобы они его использовали при проведении ежегодных оценок экономики стран-членов, принимая во внимание такие факторы, как уровень развития страны, циклическое состояние экономики и имеющееся пространство для маневра мерами политики в целях проведения реформ. Организация также признает жизненно важную роль торговли в содействии росту и развитию и в течение предстоящего года подготовит новую справочную записку по вопросам торговли и торговой политики — первую с 2010 года.В рамках других направлений работы, связанной с повышением экономического роста, в начале следующего года персонал МВФ проведет обзор роли Фонда в вопросах управления, учитывая препятствия, которые хроническая коррупция создает для достижения всеобъемлющего роста во многих странах.Возникающие проблемыМВФ расширяет и уточняет свои рекомендации в отношении политики для решения возникающих проблем. Новые проблемы (независимо от того, являются ли они социальными, политическими, демографическими, экологическими, биологическими или технологическими) могут оказывать огромное влияние на макроэкономическую стабильность стран-членов МВФ, поэтому организация будет продолжать накопление опыта в этой области, работая в сотрудничестве с другими специализированными ведомствами.Продолжится работа по включению вопросов изменения климата и энергетики в надзорную деятельность МВФ. МВФ разрабатывает инструмент для оценки спектра налогово-бюджетных и других мер, призванных сдерживать изменение климата, чтобы использовать его в своей работе со странами. Организация также направляет свое внимание на особую роль, которую играют изменение климата и стихийные бедствия в экономике малых стран и других уязвимых государствах.Персонал МВФ будет продолжать свою работу, связанную с демографическими изменениями и миграцией, опираясь на проведенный ранее анализ влияния миграции на страны, в которые направляются потоки иммигрантов. Сотрудники также исследуют влияние экономической эмиграции на деятельность частного сектора, конкурентоспособность, государственные финансы и, в конечном счете, на рост и сближение уровней развития стран, граждане которых эмигрируют.Организация также будет и далее интегрировать свою работу в области гендерного анализа в процессы надзора и стремиться к лучшему пониманию неравенства в развивающихся странах, в дополнение к некоторым начатым новаторским аналитическим разработкам, касающимся взаимодействия финансов и технологий.Международная валютная системаВ более общем плане, учитывая текущие изменения в мировой экономике, МВФ исследует, как оптимальным образом укрепить глобальные механизмы адаптации и предоставления ликвидности в целях повышения эффективности международной валютной системы. Персонал МВФ будет работать по ключевым направлениям реформ, таким как механизмы предотвращения и урегулирования кризисов, расширение сотрудничества на глобальном уровне по мерам политики, сказывающимся на глобальной стабильности, а также глобальная система финансовой защиты (ГСФЗ). МВФ также будет вести дальнейшую работу, касающуюся роли специальных прав заимствования (СДР).В области ГСФЗ МВФ исследует вопрос о том, как он может добиться усиления координации с региональными механизмами финансирования. Организация также произведет пересмотр своих инструментов кредитования, чтобы добиться оптимального оказания помощи странам, пострадавшим от падения цен на биржевые товары, которое имело исторические масштабы.МВФ также проведет тщательное рассмотрение характеристик кредитной деятельности и структуры программ для обеспечения того, чтобы в поддерживаемых МВФ программах в развивающихся странах уделялось достаточно внимания смягчению негативных последствий некоторых мер макроэкономической политики.

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Единство в многообразии: аргументы в пользу ЕС

MIL OSI – Source: IMF – News in Russian –

Headline: Единство в многообразии: аргументы в пользу ЕС

%PDF-1.5
%
1 0 obj
>>>
endobj
2 0 obj
>
endobj
3 0 obj
>/ExtGState>/ProcSet[/PDF/Text/ImageB/ImageC/ImageI] >>/MediaBox[ 0 0 612 792] /Contents 4 0 R/Group>/Tabs/S/StructParents 0>>
endobj
4 0 obj
>
stream
x]I0}Vd!B: b ȲCdGM _9*Xo)vu’>xFenn?}㛷w/_~O~ؽy/߼/ny7?9wo~xi=yy6mr:ݧwݫˋ’iٽB;SkQ}ݽ?s~݋wtyˋCǯwoîwW~/6BRV5NhmԏDlzx+^
?R__E+ѶU3u{O”̓X޸۫ჷk5?[0疟NO+=čL4B$.К}Jxi~!Ro&n”2;-:s$ZrD@lyjƚ]BSSx]W90VP_Odѿ /okF3+r[mT:9ު֎Ua
6;4tg MY?wi,YND)uhWoݠ*J?Uv%vߵ]՗ejh,eӮȌ

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Communiqué de presse : Les services du FMI entament des discussions avec les autorités béninoises sur un programme éventuel

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: Communiqué de presse : Les services du FMI entament des discussions avec les autorités béninoises sur un programme éventuel

Communiqué de presse 16/290
17 juin 2016


Les communiqués de presse de fin de mission comportent des déclarations des équipes des services du FMI qui font état des résultats préliminaires après une visite dans un pays. Les opinions exprimées dans la présente déclaration sont celles des services du FMI et ne représentent pas nécessairement les points de vue du Conseil d’administration du FMI.A la demande du gouvernement béninois, une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Christine Dieterich, chef de mission pour le Bénin, a séjourné à Cotonou du 6 au 18 juin pour entamer des discussions avec les autorités sur un programme économique triennal éventuel soutenu par le mécanisme de Facilité élargie de crédit (FEC).1 Au terme de la mission, Mme. Dieterich a fait la déclaration suivante:
« Le gouvernement a trouvé une situation macro-économique et de trésorerie difficile à sa prise de fonction en avril 2016. En particulier, alors que la politique budgétaire était en général saine les années antérieures, le déficit budgétaire s’est creusé à environ 8½ pour cent du PIB en 2015, avec la continuation des dépassements de dépenses au premier trimestre de l’année 2016. Cette accentuation du déficit budgétaire a été financée par de fortes émissions d’obligations sur le marché financier régional, augmentant considérablement le service futur de la dette. Pire, au cours du dernier trimestre 2015 et du premier trimestre 2016, des contrats ont été signés pour des projets hors budget à hauteur d’environ 24 pour cent du PIB. Ces prêts sont coûteux et ont des échéances courtes. En raison de la classification à tort de ces arrangements comme étant des PPP, les procédures de passation des marchés standard ont été contournées, ce qui soulève des préoccupations graves quant à leur gouvernance et à leur qualité.
En dépit de cette politique budgétaire expansionniste, la croissance en 2015 s’est, selon les estimations, décélérée à environ 5 pour cent, alors que s’amorçait un ralentissement au Nigeria – le principal partenaire commercial du Bénin. Pour l’année 2016, avec la poursuite de la décélération de la croissance au Nigeria, la croissance du Bénin devrait se situer dans une fourchette de 4,5 à 5 pour cent. En outre, la pauvreté s’est aggravée depuis 2011 au regard de l’enquête sur les ménages de 2015. L’inflation est restée modérée en dépit d’une hausse récente liée à l’augmentation des prix des denrées alimentaires et énergétiques.
Le gouvernement est déterminé à inverser la tendance haussière du déficit budgétaire et de la dette. Le budget rectificatif 2016 est une étape décisive pour ramener la situation budgétaire sous contrôle. Bien que cette rectification de la situation budgétaire soit impressionnante, l’équipe a attiré l’attention sur le fait que la gestion prudente de la trésorerie et le contrôle des engagements seront nécessaires pour le reste de l’année, pour exécuter le budget avec succès.
Le gouvernement a pu suspendre la majorité (20 pour cent du PIB) des projets opaques hors budget, vu que leur mise en œuvre n’avait pas encore commencé. Une évaluation de ces projets et de leur financement est en cours, étant donné que ce niveau de dettes supplémentaires à court terme compromettrait sérieusement la viabilité budgétaire et mettrait en péril la stabilité macroéconomique dans les années à venir.
Pour l’avenir, le gouvernement est en train de préparer un plan détaillé d’investissement à moyen terme. Etant donné le poids du service de la dette et les vulnérabilités que présente l’économie du Bénin, en particulier, une base d’exportation étroite et volatile, le défi consistera à trouver le bon équilibre entre la préservation de la viabilité de la dette et la satisfaction des besoins d’investissement visant à éliminer les freins à la croissance.
Fort conscient de ce défi, le gouvernement a lancé des réformes visant à améliorer la gouvernance et le cadre réglementaire, en particulier pour le secteur de l’énergie, afin de faciliter les investissements par le secteur privé. Cette approche permettra non seulement de réduire le fardeau de l’investissement sur le budget, mais facilitera également la croissance tirée par le secteur privé nécessaire à la création d’emplois pour une population jeune à fort potentiel de croissance. Ces efforts comprennent des réformes destinées à améliorer l’efficacité des dépenses du gouvernement, en particulier en remédiant aux faiblesses graves en matière d’audit, et à mobiliser des recettes supplémentaires. En outre, l’élaboration du cadre réglementaire approprié pour les PPP sera nécessaire pour se prémunir contre les risques futurs pour le budget. Le gouvernement a également lancé des initiatives heureuses visant à améliorer la gouvernance des entreprises publiques, en appui à un plan ambitieux de privatisation.
L’équipe a rencontré le Président de la République, le Ministre d’État, Secrétaire Général à la Présidence, le Ministre d’État chargé du Plan et du Développement, le Ministre de l’Économie et des Finances, le Directeur National de la BCEAO et d’autres responsables gouvernementaux et de la Banque centrale, ainsi que des représentants du secteur financier et les partenaires internationaux au développement.
L’équipe voudrait remercier les autorités ainsi que les autres interlocuteurs pour leur hospitalité, l’excellente qualité de la collaboration et des discussions. Une deuxième mission est prévue à une date ultérieure au cours de l’été, avec pour objectif de finaliser les négociations sur un programme de FEC soutenu par le FMI. »
1 La FEC est un instrument de prêt concessionnel pour les pays à faible revenu ayant un programme économique triennal convenu avec le FMI.

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

L'unité dans la diversité : le cas pour l'Europe, Discours par Christine Lagarde, Directrice générale

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: L’unité dans la diversité : le cas pour l’Europe, Discours par Christine Lagarde, Directrice générale

Christine Lagarde
Vienne, le 17 juin 2016
Texte préparé pour l’intervention
Mesdames et Messieurs, bonjour — Einen schönen guten Morgen!
Merci, Monsieur le Ministre Schelling, de vos aimables paroles et de m’avoir invitée à participer au dialogue d’aujourd’hui. Mes remerciements vont aussi au Gouverneur Nowotny ainsi qu’à la Banque nationale autrichienne, qui vient de fêter son 200e anniversaire, et à laquelle je souhaite un joyeux anniversaire!
C’est un plaisir pour moi de revenir à Vienne, la ville de la musique! L’opéra est une de mes passions et je ne peux m’empêcher de penser que c’est ici, dans cette ville, qu’a été créé il y a plus de deux siècles une de mes œuvre préférées : la Flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart.
À première vue, la Flûte enchantée est l’histoire d’un prince charmant qui vient au secours d’une demoiselle en détresse. Si on y regarde de plus près, c’est aussi l’histoire de l’humanité qui progresse de la nature à la culture, de la superstition à la connaissance, des ténèbres du chaos à l’avènement d’une nouvelle ère de paix.
À de nombreux égards, telle est aussi l’histoire de l’Europe. Les Européens, lassés d’un passé de guerre et de haine, ont cherché le salut dans un idéal d’unité dans la diversité; ils sont ainsi parvenus à assurer la paix et à promouvoir la prospérité économique et culturelle.
Mais le progrès n’est jamais linéaire. Aujourd’hui, trop d’Européens s’inquiètent pour leur identité culturelle, leur sécurité, leur emploi, leur revenu et leur niveau de vie. Et ils sont trop nombreux à se laisser convaincre que les choses iraient mieux si seulement l’Europe fermait à nouveau ses frontières et revenait au nationalisme économique.
C’est une menace grave pour le projet européen. Il est grand temps, pour contrer cette vision négative, d’offrir de nouvelles perspectives à ces citoyens qui se sentent abandonnés. Ceux qui croient que seule une Europe unie peut être prospère et dynamique doivent se mobiliser et se faire entendre. En tout cas, c’est ce que je me propose de faire aujourd’hui.
L’Europe n’a pas toujours eu le visage que nous lui connaissons aujourd’hui. Dans les années 1950, il n’existait pas de libretto à partir duquel créer une œuvre d’art sublime. Non, l’Europe a évolué au fil des ans, en s’élargissant à d’autres pays, d’autres cultures et d’autres langues.
Le projet européen est depuis toujours un moulin à idées — un lieu où concilier les intérêts nationaux différents au nom d’un avenir commun et d’objectifs partagés, dans un esprit de bonne volonté et de persévérance.
Ce processus est souvent lourd et compliqué. Le Ministre Schelling sait de quoi je parle : nous avons tous les deux pris part à un grand nombre de réunions-marathons de l’Eurogroupe. Mais les résultats sont impressionnants :
L’Union européenne est la plus grande innovation depuis la naissance de l’État-nation dans le Traité de Westphalie en 1648. Des institutions telles que le Parlement européen, la Commission européenne ou la Cour de justice européenne prouvent bien qu’Emmanuel Kant avait raison de penser que les nations devaient être capables de régler leurs différends grâce au droit international1.
Le Marché unique est devenu un géant économique regroupant plus de 500 millions de personnes qui produisent environ un quart du PIB mondial. Aux cours de ces deux dernières décennies, les échanges commerciaux au sein du marché unique ont doublé pour atteindre environ 22 % du PIB collectif, en offrant davantage de choix aux consommateurs et aux entreprises et en créant des millions d’emplois2.
La monnaie unique a complété le vieux schéma «mon drapeau, mon hymne, ma monnaie» en y ajoutant «un marché, une monnaie». L’euro est devenu l’une des principales monnaies de réserve, reposant sur de nouveaux mécanismes et institutions.
Enfin, songez à l’effet transformateur de l’élargissement de l’UE. Les nouveaux États membres d’Europe centrale et orientale se rapprochent rapidement des niveaux de revenu européens3. L’Autriche, comme d’autres pays, a aussi bénéficié économiquement des progrès de ses voisins.1. Être à la hauteur des enjeux d’aujourd’hui
Aujourd’hui, toutes ces avancées sont remises en cause par les conséquences de la crise de la zone euro, l’afflux record de réfugiés et le référendum au Royaume-Uni. Je voudrais dire quelques mots sur chacun de ces trois points.
Les conséquences de la crise de la zone euro
On entend souvent dire que l’Europe unie n’agit que lorsqu’elle se trouve face à une crise — et ce n’est pas tout à fait faux. Mais la crise de la zone euro était indubitablement différente : elle était d’une complexité sans précédent et elle a mis à nu les limites de l’élaboration des politiques au niveau européen et des institutions européennes.
Les actions à mener face à une crise économique et financière sont bien connues, et visent à s’attaquer aux causes fondamentales de la crise. La première chose à faire est de fournir des liquidités pour revigorer le système bancaire. Il faut s’attaquer aux déséquilibres budgétaires avec détermination et de façon crédible, procéder d’urgence à des réformes structurelles pour libérer les ressources productives, et agir sur le plan macroéconomique pour soutenir autant que possible les ménages et les entreprises.
Différents pays ont montré la voie à suivre — songez à la Suède des années 1990 ou aux États-Unis en 2009. Les États-nations ont l’avantage d’avoir un système centralisé de prise de décision. Ils ont aussi les moyens de venir en aide aux citoyens les plus touchés, grâce à des mécanismes financés par les impôts du reste de la population. Ils ont un système fondé implicitement sur la solidarité.
Dans la zone euro, la réaction à la crise a été beaucoup plus lente et plus difficile — en raison du caractère incomplet de la structure institutionnelle et de l’absence d’union politique. Au lieu d’agir avec célérité, les États membres ont passé énormément de temps à rechercher un consensus. Surtout, en engendrant des désaccords sur la répartition des charges et en entraînant d’énormes écarts entre les primes de risque d’un pays à l’autre, la crise a fait voler en éclats l’illusion que l’État-nation était désormais dépassé.
Pourtant, même si la réaction à la crise a été insuffisante à de nombreux égards, les États membres de la zone euro ont fait preuve de solidarité en créant le Mécanisme européen de stabilité comme protection contre de futures crises. La Banque centrale européenne a apporté un soutien substantiel et appliqué des politiques non conventionnelles. Enfin, l’institution du nouveau mécanisme de surveillance unique a été une étape cruciale vers la création d’une union bancaire.
C’est ainsi que, en définitive, la crise a pu être maîtrisée — mais nous en subissons encore les conséquences. D’après les prévisions du FMI, la croissance économique ne progressera que modestement, en passant de 1,5 % cette année à 1,6 % en 2017. Le chômage reste trop élevé; dans beaucoup d’entités du secteur public et du secteur privé, les bilans sont fragiles; la plupart des revenus stagnent; et le sentiment est de plus en plus répandu que les inégalités s’aggravent et que les générations futures vivront moins bien que leurs parents.
La crise des réfugiés
Cette montée de l’insécurité économique — bien réelle ou perçue comme telle — a incité un nombre croissant de personnes à remettre en question les élites et les institutions traditionnelles4. Cette tendance a été renforcée par l’afflux sans précédent de réfugiés.
L’an dernier, le nombre de demandeurs d’asile dans l’Union européenne a plus que doublé et atteint environ 1,3 million. Je voudrais rendre hommage à tous ceux qui ont ouvert leur cœur et leur foyer aux réfugiés, en particulier en Autriche, en Allemagne et en Suède. Ils ont ainsi fait preuve d’un profond sentiment humaniste qui a incité d’autres à les imiter sur ce continent et au-delà.
Pour moi, il ne fait aucun doute que l’Europe a les capacités et les ressources nécessaires pour faire face à cette crise humanitaire pour peu qu’elle le veuille vraiment. Mais j’insisterais sur deux points d’ordre économique : premièrement, d’après nos études, les réfugiés peuvent bel et bien apporter un bénéfice net à l’économie sans faire diminuer le revenu de la main-d’œuvre locale5.Et deuxièmement, l’intégration rapide des réfugiés dans les marchés du travail et les écoles doit primer par-dessus tout, pour qu’ils puissent commencer aussi rapidement que possible à apporter leur contribution à l’économie et à la société.
Le référendum au Royaume-Uni
À l’heure où je vous parle, mes pensées – et vos pensées, j’en suis sûre – sont tournées vers la famille et les amis de Jo Cox et vers tous ceux et celles dont elle a changé la vie. J’ai toujours admiré le Royaume-Uni pour son ouverture sur les autres nationalités et sur les cultures étrangères, aussi ai-je du mal à croire que les comportements aient changé si vite.

En tout état de cause, c’est aux électeurs britanniques qu’il appartient de choisir et leur décision dépend à l’évidence d’un grand nombre de facteurs. Nous avons déjà officiellement indiqué que les risques économiques de la sortie étaient sans équivoque de nature baissière.
À mon sens, les faits montrent clairement en quoi le Royaume-Uni a profité — et continuera de profiter —de son appartenance à l’Union européenne.
Tout d’abord, il y a les créations d’emploi et les gains de revenu issus d’une intensification des échanges au sein de l’UE. Ce ne sont pas là des échanges qui se seraient inévitablement produits ou qui auraient été tout simplement détournés d’autres régions du monde. La formation de l’UE et du marché unique a joué un rôle décisif dans la multiplication des flux commerciaux6.
Or, qui dit échanges commerciaux dit investissement, vu l’intégration croissante du Royaume-Uni aux chaînes d’approvisionnement européennes, comme dans l’industrie aérospatiale ou bien encore dans les usines de montage d’automobiles qui desservent l’ensemble du marché européen. Le développement des échanges a également relevé la productivité et les revenus en multipliant les possibilités d’économies d’échelle dans la production et en encourageant une spécialisation efficiente.
Deuxièmement, et de manière plus profonde, l’UE a grandement contribué à la transformation du Royaume-Uni en une économie dynamique et prospère. Le pays a bénéficié des nombreuses contributions de migrants aussi motivés que talentueux venus du monde entier, y compris d’autres pays de l’UE, tout en créant un nombre d’emplois sans précédent pour tous ses résidents.
L’appartenance à l’UE a fait du Royaume-Uni un pays plus riche, mais aussi un pays foisonnant de perspectives et de créativité et présentant une plus grande diversité. Comme partout, il y a des gens qui peinent à s’adapter à ce nouvel environnement, mais pour la majorité des citoyens c’est l’histoire d’une réussite.
Quelqu’un a dit qu’«il faut beaucoup de courage pour voir le monde dans toute sa splendeur viciée et continuer à l’aimer». J’en souhaite donc beaucoup à nos amis européens du Royaume-Uni!
2. Politiques pour une Europe dynamique et prospère
Prenons toutefois un peu de recul pour songer au travail qu’il faut faire au sein de l’Union européenne. Nous ne devons pas tout simplement conclure que tout ira bien, même si nous parvenons à relever chacun de trois défis que je viens de décrire.
La réalité est celle d’une Europe vieillissante qui doit livrer concurrence à un monde peuplé de plus de 7 milliards d’habitants — pour la plupart jeunes, aspirant à la vie active et de plus en plus productifs grâce aux technologies et aux communications modernes. Pour emprunter une image au football, l’Europe doit améliorer son jeu si elle veut rester en première division.
Que pouvons-nous donc faire? Outre le maintien de politiques macroéconomiques d’accompagnement, il y a trois domaines où des changements devraient être envisagés.
Relever la croissance potentielle
Premièrement, il faut relever la croissance potentielle, autrement dit ouvrir les structures économiques pour promouvoir la concurrence et encourager l’investissement dans des idées nouvelles et productives. Cela passe par la diminution des barrières à l’entrée sur les marchés de la distribution et des services professionnels, la réduction du coin fiscal des revenus du travail, et l’amélioration de l’efficience de l’administration publique pour faire baisser les coûts de création d’entreprises.
L’Europe a également besoin d’un marché dynamique des services numériques. Je ne cesse d’être impressionnée par la créativité à l’œuvre dans la Silicon Valley, qui, soit dit en passant, doit beaucoup aux immigrants! L’Europe ne restera pas sur la touche de l’actuelle révolution technologique si elle devient plus compétitive dans ce domaine. Par exemple, une union des marchés de capitaux permettrait aux startups de mobiliser des fonds plus facilement.
En outre, comme plus de 30 millions d’emplois au sein de l’UE — soit un sur sept — dépendent des exportations vers le reste du monde, il est essentiel que les dirigeants expliquent clairement en quoi l’APT et les autres accords commerciaux profitent à la majorité de la population.Renforcer la résilience économique
Deuxièmement, l’Europe doit faire davantage en matière de prévention des crises. Cela signifie simplifier le pacte de stabilité et de croissance afin de promouvoir des règles budgétaires plus solides et une plus grande application de ces règles. Cela renforcerait leur crédibilité et contribuerait à promouvoir un plus grand partage des risques.
Cela signifie aussi adopter un dispositif commun de garantie des dépôts et une structure de «soutien budgétaire» pour les résolutions bancaires. Ce sont là des éléments essentiels manquants de l’union bancaire. Une fois mis en place, ils rendront le système financier européen plus résilient et lui permettront d’accompagner davantage l’économie.
Par ailleurs, les dirigeants doivent répondre aux craintes légitimes d’aléa moral. À l’évidence, si l’on renforce le dispositif d’assurance dans le système bancaire il faut également veiller à identifier et réduire les risques. C’est pourquoi il faut redoubler d’efforts pour accélérer l’assainissement des créances bancaires compromises, qui brident la croissance dans plusieurs pays de la zone euro.Rendre l’union monétaire plus inclusive
Le troisième domaine d’intervention concerne l’inclusion et le partage des risques. Songez à l’Allemagne, que beaucoup considéraient comme le «malade de l’Europe» il y a à peine dix ans, et voyez où elle se situe aujourd’hui et combien les revenus ont baissé en Europe méridionale. Le vent peut tourner de nouveau et quiconque aujourd’hui se porte bien pourrait fort bien avoir besoin d’aide demain.
À maints égards, une Europe unie dans la prospérité est un peu à l’image de la mise en scène d’un opéra. Qu’il suffise de penser à Mozart et à ce qui lui a permis de combiner des voix si différentes — depuis Papageno jusqu’à la Reine de la nuit — pour les fondre dans une parfaite harmonie.
Autrement dit, il devrait y avoir un mécanisme pour assurer un plus grand partage des risques et atténuer les fortes fluctuations de niveau de vie. Un centre plus fort, disposant des moyens pour aider les secteurs et les régions frappés par des revers de conjoncture, a un rôle à jouer.
Le point de départ pourrait être une structure centralisée d’investissement pour gérer certains des grands défis communs tels que l’accueil de réfugiés, l’adaptation au changement climatique et l’investissement dans les infrastructures de transport et de communication.
Je sais fort bien que dans beaucoup de pays les réformes économiques et le partage des risques budgétaires ne mobilisent qu’un faible soutien. Or, ces réformes sont essentielles pour jeter les bases d’une croissance plus inclusive. Je suis profondément convaincue qu’une vaste majorité continue d’appuyer l’idée d’une Europe unie, mais cette idée doit être expliquée et elle doit s’appuyer sur des politiques qui profitent à tous les citoyens.
Conclusion
Pour conclure, il est clair que ce dont les Européens ont besoin aujourd’hui c’est plus de temps pour voir les matches de football. Je souhaite d’ailleurs bonne chance à l’équipe d’Autriche qui demain rencontrera le Portugal.
Demain, la plupart d’entre vous suivrez le match. Passez en revue chacun des joueurs et les clubs dans lesquels ils évoluent; vous y verrez un reflet de l’Europe, une manifestation de l’unité dans la diversité.
L’Europe est toujours plus forte lorsqu’elle est unie. Songez aux Hongrois et aux Autrichiens qui en 1989 ont tailladé les barbelés qui les séparaient, annonçant la chute du mur de Berlin. C’était un moment d’ouverture et de tolérance, une source de fierté et de vigueur pour tous les Européens.
Ces qualités restent au plus profond de notre être, j’en suis persuadée. Nous devons agir dès à présent pour construire une meilleure union, une union plus prospère pour la prochaine génération d’Européens.
Merci de votre attention.
**************************************
1 Voir l’essai de Kant Vers la paix perpétuelle.2 Le Marché unique a contribué à la création de près de trois millions d’emplois entre 1992 et 2008 (Commission européenne : 20 ans du marché unique européen, 2012).3 Le revenu par habitant dans les «économies en transition» est passé d’environ 30 % du niveau des 15 États qui étaient membres au milieu de la décennie 1990 à environ 50 % aujourd’hui (IMF Regional Economic Issues Report: 25 Years of Transition, 2014).4 En Autriche par exemple, les revenus et le niveau de vie de la classe moyenne ont progressé régulièrement et le taux de chômage est relativement faible. Pourtant, un sentiment d’insécurité économique est bien présent, car l’avenir paraît incertain.5 Note de réflexion du FMI : pour l’ensemble de l’UE, le PIB pourrait gagner entre 0,2 % et 0,25 % à l’horizon 2020 si l’intégration se déroule rapidement et sans heurts.6 Rapport sur les consultations de 2016 au titre de l’article IV avec le Royaume-Uni, document sur les Questions générales, encadré 1

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Communiqué de presse : Le Conseil d’administration du FMI achève les quatrième et cinquième revues du programme mis en œuvre par le Burkina Faso avec l’appui de la FEC et approuve le décaissement de 26,2 millions de dollars

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: Communiqué de presse : Le Conseil d’administration du FMI achève les quatrième et cinquième revues du programme mis en œuvre par le Burkina Faso avec l’appui de la FEC et approuve le décaissement de 26,2 millions de dollars

Communiqu de presse No. 16/278
13 juin 2016

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd’hui les quatrième et cinquième revues des résultats économiques enregistrés par le Burkina Faso dans le cadre d’un programme économique appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC)1. La décision ouvre la voie au décaissement de 18,57 millions de DTS (environ 26,2 millions de dollars), ce qui porte le montant total décaissé dans le cadre de l’accord à l’équivalent de 46,70 millions de DTS (environ 65,9 millions de dollars).
En achevant les revues, le Conseil d’administration a également approuvé la demande présentée par les autorités pour la modification de critères de réalisation. L’accord au titre de la FEC d’une durée de 36 mois a été approuvé par le Conseil d’administration le 27 décembre 2013 (voir le communiqué de presse 13/542) pour un montant total de 27,09 millions de DTS (environ 38,2 millions de dollars, soit 45 % de la quote-part du Burkina Faso). En juin 2015, le Conseil d’administration a approuvé une augmentation du niveau d’accès de 40 % de la quote-part, ce qui a porté le niveau total d’accès à 51,17 millions de DTS (environ 72,2 millions de dollars).

À l’issue des délibérations tenues aujourd’hui par le Conseil d’administration, M. Min Zhu, Directeur général adjoint et Président par intérim, a rendu publique la déclaration suivante :
«En dépit d’une conjoncture intérieure et extérieure délicate, le Burkina Faso a continué d’enregistrer des résultats satisfaisants dans le cadre du programme appuyé par le FMI. Bien que les attentats terroristes aient perturbé la reprise économique, la croissance devrait regagner en vigueur en 2016-17, impulsée par la solidité de l’activité minière, l’amélioration de l’offre d’énergie et le renforcement de l’exécution des investissements publics. Les principaux risques qui pèsent sur ces perspectives favorables sont liés à la fragilité de la situation sécuritaire, aux difficultés à satisfaire l’accumulation de revendications sociales et de demandes d’investissement, et à l’impact d’un repli continu des cours des matières premières.
«Les autorités ont pour principal objectif en 2016 de créer une marge de manœuvre budgétaire suffisante pour financer les dépenses prioritaires sociales et infrastructurelles, y compris la mise en œuvre de leur nouveau plan de développement. Dans cette perspective, elles ont entrepris un vaste programme de mesures d’administration fiscale et douanière destinées à rattraper le terrain perdu dans la mobilisation des recettes intérieures. Il sera nécessaire de poursuivre les efforts destinés à maîtriser les dépenses courantes, masse salariale comprise, et de corriger les goulets d’étranglement dans l’exécution des projets pour faire en sorte que l’investissement public remonte rapidement aux niveaux d’avant crise.
«Les autorités profitent également du repli des cours du pétrole pour corriger certaines déficiences structurelles de longue date dans le secteur énergétique. La pleine mise en œuvre de ces mesures contribuera à réduire les subventions de l’État et les engagements conditionnels envers le secteur et contribuera à accroître les investissements dans la production d’électricité. À l’avenir, il sera également important de prendre des mesures pour diversifier le secteur agricole et créer un environnement propice à la prestation de crédit au secteur privé».
1 La FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue à moyen terme dans les cas de difficultés persistantes de balance des paiements.

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Африка: подъемы и спады роста – Финансы и развитие – июнь 2016 года

MIL OSI – Source: IMF – News in Russian –

Headline: Африка: подъемы и спады роста – Финансы и развитие – июнь 2016 года

А ТАКЖЕ В ЭТОМ НОМЕРЕ
Вниз с вершины
Роберт Дж. Гордон

Вступают ли Соединенные Штаты в период устойчиво низкого экономического роста?

Не переоценен ли неолиберализм?
Джонатан Д. Остри, Пракаш Лунгани и Давиде Фурчери

Вместо того чтобы обеспечивать стимулы для роста, неолиберальная политика иногда еще более усиливает неравенство, угрожая стабильному развитию

Материал, посвященный этой темеЭволюция, а не революция: переосмысление политики в МВФ Интервью с главным экономистом Морисом Обстфельдом

Интернет доверия
Андреас Адриано и Хантер Монро
Созданная для того, чтобы обойти банки, технология блочной сети «Биткоин» может в конечном итоге оказать им помощь

Вина по ассоциации

Атиш Рекс Гош и Махваш Саид Куреши
Предубеждения уводят в сторону спор об использовании мер контроля за капиталом для ограничения рисков нестабильности притоков капитала

Риск стагнации
Хьюидань Линь
Сохраняющиеся экономические проблемы делают зону евро уязвимой для затяжного периода вялого экономического роста

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Les services du FMI achèvent leur visite en République démocratique du Congo

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: Les services du FMI achèvent leur visite en République démocratique du Congo

Communiqué de presse No. 16/266
8 juin 2016



Les communiqués de presse publiés en fin de mission par les services du FMI incluent des déclarations qui expriment leurs observations préliminaires au terme d’une mission dans un pays. Les opinions exprimées dans le présent communiqué sont celles des services du FMI et ne sont pas nécessairement celles du Conseil d’administration du FMI. Cette mission ne donnera pas lieu à un examen par le Conseil d’administration.
Une équipe des services du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Norbert Toé, a séjourné à Kinshasa du 1er au 8 juin pour évaluer la situation économique et financière de la République démocratique du Congo (RDC) et analyser les perspectives à moyen terme.
À l’issue de la visite, M. Toé a publié la déclaration ci-après:
«Depuis le milieu de l’année 2015, la RDC a été frappée par des chocs négatifs dus essentiellement à la chute des cours de ses principaux produits d’exportation, mais a pu préserver la stabilité macro-économique obtenue au prix de tant d’efforts. En 2015, l’économie a enregistré une croissance de 6,9 %, l’inflation est restée faible à 1,0 %, et le taux de change a été stable. Toutefois, en 2016, les difficultés de la conjoncture extérieure, associées aux incertitudes pesant sur la situation intérieure, ont continué d’impacter négativement la croissance économique, les finances publiques et la balance des paiements. En conséquence, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a été révisée à la baisse à 5,1 %, l’inflation devrait augmenter pour atteindre 1,7 %, et le déficit budgétaire global devrait plus que tripler pour s’établir à 1,1 % du PIB. La compte courant extérieur hors transferts devrait aussi voir son déficit se creuser en 2016 de près de 2 points de PIB à 8,4 % du PIB par rapport à 2015 et la baisse des réserves internationales brutes devrait se poursuivre. Le taux de change a subi des tensions au cours des cinq premiers mois de 2016, entraînant une dépréciation de 2,9 % et 4,4 % respectivement sur les segments des marchés officiel et parallèle.
«Les autorités congolaises mettent actuellement en œuvre un train de mesures destinées à maintenir la stabilité macroéconomique et financière. Elles ont soumis à l’Assemblée nationale une Loi de finances rectificative qui prévoit de réduire les dépenses de 22 % par rapport au budget initial adopté en décembre 2015. Les autres mesures prévues par les autorités portent sur la mobilisation des ressources intérieures, notamment des recettes fiscales, l’amélioration du climat des affaires et des investissements, et le financement de dépenses propices à la croissance en recourant au marché de la dette intérieure. Les autorités prennent également des mesures pour alléger les tensions qui pèsent sur le taux de change dans le but de contenir la dépréciation de la monnaie.
«À terme, l’économie devrait rester soumise à des vents contraires, notamment la lenteur de la croissance dans les pays avancés et émergents, le durcissement de la situation financière internationale, et les incertitudes pesant sur la situation intérieure. Selon les projections, avec un redressement marginal des cours des produits de base, le PIB réel croitrait modestement sur le moyen terme, tandis que l’inflation, bien qu’en hausse, devrait être contenue en deçà de 5 % par an.
«Conformément aux recommandations issues des consultations de 2015 au titre de
l’Article IV, qui restent d’actualité et revêtent un caractère de plus en plus urgent, l’équipe a recommandé de procéder à un ajustement plus marqué du taux de change, en l’accompagnant de politiques monétaires efficaces pour limiter l’impact sur l’inflation. L’équipe a félicité les autorités pour leur engagement renouvelé à l’ancrage budgétaire qui consiste à ne pas recourir à la banque centrale pour financer les déficits publics. L’équipe a également félicité les autorités pour leur détermination à redoubler d’efforts pour diversifier l’économie et réduire l’importance du secteur minier dont elle est trop dépendante, afin d’accélérer la croissance économique. L’équipe a souligné l’importance d’adopter un programme exhaustif de réformes pour aider l’économie de la RDC à résister davantage aux turbulences provoquées par les vents contraires.
«À partir des constats de l’équipe, le FMI va préparer une lettre d’évaluation, requise par un certain nombre d’institutions financières internationales qui envisagent d’apporter une aide financière à la RDC.
«L’équipe des services du FMI a eu des entretiens avec le Premier Ministre, M. Augustin Matata Ponyo Mapon, le Ministre d’État chargé du budget, M. Michel Bongongo, le Ministre des finances, M. Henri Yav Mulang, le Gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, et le Directeur de cabinet du Président de la République, M. Néhémie Mwilanya. L’équipe s’est également entretenue avec d’autres hauts responsables de l’État, ainsi qu’avec des représentants du secteur privé et des partenaires techniques et financiers.
«La mission tient à remercier les autorités de la RDC pour le dialogue fructueux qu’elle a eu avec elles et pour la chaleureuse hospitalité qui lui a été réservée».

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Communiqué de presse : Le Conseil d’administration du FMI achève les consultations de 2016 au titre de l’article IV avec la Côte d’Ivoire

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: Communiqué de presse : Le Conseil d’administration du FMI achève les consultations de 2016 au titre de l’article IV avec la Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire : Principaux indicateurs économiques, 2012–20











  
2012
2013
2014
2015
 
2016
2017
2018
2019
2020
 

 
 
Est.
Est.
 
Proj.

Revenu national
(Variations annuelles en pourcentage)

10,1
9,3
7,9
8,6
 
8,5
8,1
7,6
7,1
6,9

3,4
0,4
0,9
1,3
 
2,1
2,0
2,0
2,0
2,0
Monnaie et crédit
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

4,4
11,6
16,1
18,8
 
15,2
15,1
14,7
14,8
14,8

5,5
3,5
3,4
-0,7
 
0,4
1,5
1,4
1,5
1,3

5,3
10,6
11,2
16,0
 
13,3
9,8
8,5
10,6
11,9 
(Pourcentage du PIB, sauf indication contraire)
Opérations de l’administration centrale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

19,2
19,7
19,6
21,2
 
21,4
21,5
21,7
21,8
21,8

18,6
18,4
17,8
19,7
 
19,8
20,0
20,3
20,4
20,4

22,3
21,9
21,8
24,2
 
25,5
25,4
25,5
25,5
25,4

-1,2
-0,1
-0,5
-0,4
 
-1,0
-0,6
-0,3
-0,3

0,0

-3,2
-2,2
-2,2
-3,0
 
-4,0
-3,9
-3,8
-3,7
-3,6
Secteur extérieur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

7826,7
8079,0
8742,4
8706,0
 
9646,6
10901,2
12522,6
13974,3
15572,8

7826,7
8079,0
8742,4
8706,0
 
9646,6
10901,2
12522,6
13974,3
15572,8

8,1
1,4
0,9
12,1
 
17,8
6,2
7,4
5,9
5,9

48,5
-3,3
-4,0
15,1
 
20,9
10,0
14,1
10,0

10,5

-1,2
-2,0
-0,8
-1,7
 
-1,8
-2,6
-3,3
-3,4

-3,4

-1,8
-3,3
-2,6
-3,2
 
-3,5
-4,2
-4,7
-4,8

-4,8

841,4
847,6
1090,5
1269,8
 
1362,8
1592,5
1932,4
2145,5
2289,5

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

28,0
26,2
27,9
30,2
 
26,1
25,9
26,6
26,4
26,2

45,0
43,4
46,6
49,1
 
45,9
45,2
45,6
45,2
44,9
Dette publique brute (hors C2D)
34,2
33,4
37,7
45,5
 
45,6
44,3
42,9
41,4
39,9 
Sources : autorités ivoiriennes; estimations et projections des services du FMI.

1/ Recettes totales moins dépenses totales hors intérêts et dépenses d’investissement financées sur ressources extérieures.
2/ Administration centrale uniquement.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1 Conformément à l’Article IV de ses Statuts, le FMI procède, habituellement chaque année, à des consultations bilatérales avec ses membres. Une mission des services du FMI se rend dans le pays, recueille des données économiques et financières, et s’entretient avec les responsables nationaux de l’évolution et des politiques économiques du pays. De retour au siège, les membres de la mission rédigent un rapport qui sert de cadre aux délibérations du Conseil d’administration.
2 À l’issue des délibérations, le Directeur général, en qualité de Président du Conseil d’administration, résume les opinions des administrateurs, et le résumé est communiqué aux autorités du pays. On trouvera une explication des termes convenus utilisés communément dans le résumé des délibérations du Conseil d’administration à l’adresse: http://www.imf.org/external/french/np/sec/misc/qualifiersf.htm.

Relations avec les médias
Courriel : media@imf.org
Téléphone : 202-623-7100

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

La Tunisie obtient un prêt de 2,9 milliards de dollars du FMI pour accélérer la création d’emplois et la croissance économique

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: La Tunisie obtient un prêt de 2,9 milliards de dollars du FMI pour accélérer la création d’emplois et la croissance économique

De jeunes Tunisiens sur les marches du théâtre dans la capitale. Le nouveau programme de la Tunisie s’attaque au chômage élevé (photo: Fethi Belaid/Gettyimages)
PROGRAMME DE LA TUNISIE
BULLETIN DU FMI
2 juin 2016
La Tunisie est confrontée à une activité économique anémique, à un emploi faible et à des déséquilibres extérieurs élevésLe prêt du FMI soutiendra la vision économique du gouvernement d’une croissance dont les bienfaits sont mieux partagésLe programme prévoit des réformes qui s’attaquent au chômage élevé et renforcent la gouvernance

Le FMI a approuvé un prêt de 2,9 milliards de dollars sur quatre ans en faveur de la Tunisie à l’appui du programme économique des autorités qui a pour objectif de promouvoir une croissance solidaire et la création d’emplois, tout en protégeant les ménages les plus vulnérables.
Le programme s’appuie sur l’accord précédent, dont la Tunisie a bénéficié juste après le Printemps arabe.Dans une entrevue avec le Bulletin du FMI, Amine Mati, chef de mission du FMI pour la Tunisie, explique comment le programme économique du pays vise à s’attaquer aux problèmes qui subsistent et à soutenir le nouveau plan de réforme économique des autorités. Bulletin du FMI : Qu’est-ce que la Tunisie a accompli dans le cadre du premier programme, et pourquoi le pays a-t-il besoin d’une aide supplémentaire du FMI? M. Mati: Le premier programme, l’accord de confirmation, a aidé la Tunisie à préserver la stabilité macroéconomique pendant une période très difficile, caractérisée par une transition politique prolongée, une montée des tensions sociales y compris des grèves et des arrêts de travail, et des tensions sur le plan de la sécurité en raison de conflits avec les Salafistes et des attaques terroristes tragiques de 2015 qui ont dévasté le secteur du tourisme. Dans ce contexte difficile, les autorités ont pu mettre en œuvre un programme de réformes ambitieux qui cherchait à soutenir le développement du secteur privé, à s’attaquer au chômage élevé et à réduire les disparités régionales. En dépit de progrès considérables, la Tunisie reste confrontée à de nombreux problèmes économiques : la composition des dépenses s’est détériorée, les déséquilibres extérieurs sont élevés, le dinar demeure surévalué, les banques restent fragiles et les réformes visant à renforcer le climat des affaires sont lentes. C’est pourquoi les autorités ont sollicité un nouveau programme sur quatre ans, au titre du mécanisme élargi de crédit, à l’appui de leur vision économique, dont l’objectif est de moderniser le modèle de développement du pays et de réduire les facteurs de vulnérabilité existants.Ce programme à plus long terme cible les faiblesses structurelles fondamentales qui existent depuis longtemps dans l’économie tunisienne, et qui ont conduit à une croissance faible et à des déséquilibres extérieurs élevés. Il cherche cherche donc principalement à consolider les progrès qui ont déjà été accomplis sur le plan de la stabilisation macroéconomique et à s’attaquer aux obstacles structurels auxquels un meilleur partage des bienfaits de la croissance et la création d’emplois continuent de se heurter.Bulletin du FMI : Pouvez-vous décrire comment le nouveau programme en faveur de la Tunisie prévoit de soutenir la vision économique sur cinq ans des autorités ?M. Mati : La vision des autorités s’appuie sur cinq piliers, le facteur principal étant le développement du secteur privé. Pour contribuer au programme de réformes économiques des autorités, le nouveau programme appuyé par le FMI repose sur les priorités ci-après :• Une réduction progressive du déficit budgétaire global afin de stabiliser la dette publique aux environs de 50 % du PIB• Une amélioration de la composition des dépenses publiques : une maîtrise des salaires permettrait de doubler les investissements publics prioritaires qui soutiennent la croissance et la réduction de la pauvreté• Un assouplissement du taux de change afin d’améliorer la compétitivité extérieure de la Tunisie et de reconstituer les réserves de change• Une amélioration de l’intermédiation du secteur financier, notamment en poursuivant la restructuration des banques publiques• Des réformes structurelles, y compris des institutions et des entreprises publiques, une réduction des subventions énergétiques, un système fiscal plus progressif et équitable, un renforcement de la gouvernance et une amélioration du climat des affaires Il faudra du temps pour que toutes ces réformes portent leurs fruits, mais à terme, elles contribueront à porter la croissance à 5 %.Bulletin du FMI : Le taux de chômage global est de 15 % en Tunisie et le taux de chômage des jeunes de 35 % : que recommande le FMI pour que le pays crée davantage d’emplois?M. Mati : Il convient de mettre en œuvre vigoureusement les mesures macroéconomiques et les réformes structurelles que j’ai mentionnées plus haut pour que le secteur privé investisse et crée des emplois. À l’heure actuelle en Tunisie, il est essentiel de rétablir la confiance des investisseurs, qui a souffert de l’incertitude politique. Cependant, il est tout aussi important de modifier le modèle de développement qui existe de longue date : ce modèle repose sur une omniprésence de l’État qui a conduit à une économie tributaire d’exportation à faible valeur ajoutée, à une réglementation excessive et à une concurrence limitée. Il s’agit d’adopter rapidement le nouveau code de l’investissement et de mettre en œuvre la nouvelle loi sur la concurrenceLe pays peut aussi mettre en œuvre des partenariats public-privé qui attirent des capitaux privés pour des projets d’infrastructure. Toutes ces améliorations du climat des affaires, facilitées par une nouvelle rationalisation de la réglementation existante, encourageront le développement du secteur privé et signaleront l’ouverture de l’économie tunisienne aux investisseurs locaux et internationaux. Il sera nécessaire aussi de réformer le marché du travail, même s’il faudra probablement du temps pour dégager un plus grand consensus. Entre-temps, les autorités ont engagé des politiques actives du marché du travail (par exemple, travaux publics, microfinance) et des programmes de formation professionnelle qui peuvent contribuer à réduire le chômage parmi les diplômés universitaires. Bulletin du FMI : Le nouveau programme de réformes cherche notamment à accroître l’emploi, en particulier dans les régions non côtières. Comment la réforme de la fonction publique peut-elle être utile à cet égard ?M. Mati : Permettez-moi tout d’abord de souligner que la réforme de la fonction publique est la priorité absolue des principales parties prenantes à qui nous avons parlé, et il n’est guère surprenant qu’elle figure en première place dans la vision économique des autorités. Toutes les parties prenantes reconnaissent que la qualité des services publics laisse à désirer et que la trajectoire actuelle de la masse salariale, qui représente 65 % des recettes fiscales, 14 % du PIB et 45 % des dépenses totales, n’est pas viable.La réforme, qui vise à accroître l’efficience du secteur public et la qualité des services, a plusieurs dimensions, notamment le statut des fonctionnaires de haut niveau, la révision du barème des salaires, un lien plus étroit entre la rémunération et la performance, ainsi que le redéploiement dans les régions de l’intérieur qui ne sont pas suffisamment desservies. La réforme contribuera aussi à maîtriser la masse salariale en la réduisant à 12 % du PIB d’ici 2020, ce qui permettra de créer l’espace budgétaire nécessaire pour doubler l’investissement public.La réforme de la fonction publique constitue une étape nécessaire pour créer de la croissance, mais ne peut être un succès que si un large consensus est dégagé, ce qui nécessite des réformes dans d’autres domaines importants. Par exemple, la réforme de la fonction publique doit aller de pair avec une réforme fiscale qui améliore l’équité en élargissant la base de l’impôt et en accroissant le pouvoir d’achat des contribuables aux revenus les plus bas (par exemple, en relevant le seuil de l’impôt sur le revenu). Comme les autorités le reconnaissent, la mise en œuvre de cette réforme est essentielle car seul le secteur privé, et non le secteur public, peut créer des emplois viables.Bulletin du FMI : Est-ce que les mesures prises pour s’attaquer à la corruption et renforcer la gouvernance sont suffisantes ?M. Mati : L’amélioration de la gouvernance constitue une priorité pour le gouvernement. Le renforcement de la lutte contre la corruption et de la gouvernance est prévu par la constitution tunisienne qui a été adoptée l’an dernier. Il s’agit maintenant de passer à l’action. Les autorités sont en train d’établir une loi portant création d’un organe constitutionnel indépendant de haut niveau qui sera chargé de lutter contre la corruption.De nouvelles lois qui seront adoptées d’ici la fin de l’année protégeront les lanceurs d’alerte, s’attaqueront aux conflits d’intérêts dans le secteur public et exigeront des hauts fonctionnaires qu’ils divulguent leur patrimoine financier net. L’amélioration de la gestion des finances publiques et la publication de davantage de documents officiels contribueront à promouvoir la transparence et à renforcer la gouvernance. Le nouveau Ministère de la fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption, qui a été mis en place il y a trois mois, contribuera aussi à la mise en œuvre de cette réforme. Le programme appuyé par le FMI aidera les autorités dans ce domaine, notamment en ce qui concerne le renforcement du dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.Bulletin du FMI : Qu’est-ce que le FMI a fait pour encourager les parties prenantes en dehors du gouvernement à souscrire au nouveau programme et à l’appuyer ?M. Mati : Nous dialoguons avec diverses parties prenantes pour obtenir des perspectives différentes que nous pouvons incorporer dans nos entretiens avec les autorités. Nous rencontrons beaucoup d’organisations non gouvernementales qui s’intéressent à diverses questions sociales. En outre, nous rencontrons régulièrement des groupes de réflexion, ainsi que des syndicats et des chefs d’entreprise. Ces consultations nous permettent d’être à l’écoute des préoccupations de toutes les parties prenantes, de mieux comprendre les grands enjeux du pays et d’améliorer nos entretiens sur les politiques publiques.Le dialogue avec toutes les parties prenantes se déroule lors de nos visites périodiques dans le pays, ainsi que par l’intermédiaire du représentant résident du FMI à Tunis.

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.

Bulletin du FMI : Évolution mais non révolution : repenser les politiques au FMI

MIL OSI – Source: IMF – News in French –

Headline: Bulletin du FMI : Évolution mais non révolution : repenser les politiques au FMI

Maurice Obstfeld : «Depuis longtemps le FMI s’efforce de mettre à profit son expérience sur le terrain et ses études pour accroître l’efficacité de sa surveillance économique, de son assistance technique et de sa riposte aux crises». (photo : FMI)
ENTRETIEN AVEC LE CHEF ÉCONOMISTE
Bulletin du FMI
2 juin 2016
Il est important que le FMI réévalue constamment ses idéesLa politique budgétaire doit accompagner la croissance et l’équité dans la durée. Les conseils de politique économique varient en fonction des particularités de chaque pays et de chaque situationLes flux de capitaux et le commerce international feront l’objet de futurs travaux du Département des études

La crise financière mondiale a poussé une grande partie des milieux universitaires et des praticiens à l’échelle mondiale à repenser les politiques macroéconomiques et financières. Maury Obstfeld, qui occupe depuis huit mois le poste de Chef économiste du FMI, nous livre ses idées sur le rôle que joue le FMI dans cette réflexion et dans la promotion de la stabilité économique et financière.
Bulletin du FMI : Le FMI montre clairement depuis plusieurs années qu’il est disposé à revoir sa pensée macroéconomique et sa démarche pratique. Peut-on vraiment parler de révolution comme certains le laissent entendre?M. Obstfeld : Je parlerais plutôt d’évolution et non pas de révolution. Depuis longtemps le FMI s’efforce de mettre à profit son expérience sur le terrain et ses études pour accroître l’efficacité de sa surveillance économique, de son assistance technique et de sa riposte aux crises. On peut dire sans risquer de se tromper que le choc issu de la crise financière mondiale a poussé une grande partie des milieux universitaires et des praticiens à repenser les politiques macroéconomiques et financières. Le FMI n’est pas étranger à cette évolution; et compte tenu de l’impact de nos décisions sur les pays membres et sur le système économique mondial, nous jugeons particulièrement important de réévaluer en permanence nos idées à la lumière des nouvelles réalités. Ce processus n’a pas fondamentalement changé l’esprit même de notre démarche, qui s’appuie sur l’ouverture et la concurrence des marchés, l’adoption de cadres de politique macroéconomique robustes, la stabilité financière et l’existence d’institutions solides. Il apporte toutefois d’importants éclairages sur les moyens de parvenir au mieux à ces résultats de manière durable.Bulletin du FMI : Partagez-vous l’opinion de certains observateurs qui voient dans un récent article du magazine Finances & Développement intitulé «Le néolibéralisme est-il surfait» un changement fondamental de la pensée du FMI? Par exemple, le FMI dirait-il désormais que l’austérité est inopérante et, qui plus est, qu’elle aggrave les inégalités?M. Obstfeld : Cet article a été largement mal interprété et il ne faut pas y voir d’inflexion majeure dans la démarche du FMI. Je pense qu’il est fallacieux de poser la question de savoir si le FMI est pour ou contre l’austérité. Personne ne veut d’une austérité stérile. Nous sommes pour les politiques budgétaires qui accompagnent la croissance et l’équité dans la durée. Et ces politiques varient selon les particularités de chaque pays et de chaque situation. Les États doivent tout simplement vivre selon leurs moyens sur le long terme, faute de quoi ils risquent de se trouver en cessation de paiement, ce qui en règle générale représente un coût élevé pour la société, et tout particulièrement pour les populations pauvres. C’est là une réalité et non pas une orientation idéologique. Nous avons pour mission de conseiller les gouvernements sur la gestion optimale de leur politique budgétaire, afin d’éviter des conséquences néfastes. Parfois, cela nous amène à reconnaître qu’il est des situations où des coupes budgétaires excessives peuvent aller à l’encontre de la croissance, de l’équité, voire de la viabilité même des finances publiques. Bulletin du FMI : Comment cette réflexion se traduit-elle sur le plan opérationnel?M. Obstfeld : Les pays ont besoin de cadres budgétaires à moyen terme crédibles qui persuadent les marchés de leur capacité à rembourser la dette publique sans attiser l’inflation. Les pays équipés de ces dispositifs disposent en général de marges pour atténuer les effets des contractions économiques par le levier budgétaire, y compris par le jeu des stabilisateurs automatiques. Malheureusement, certains pays laissent filer la dette publique au point de perdre l’accès aux marchés, et n’ont d’autre choix que de se serrer la ceinture même lorsque leur économie est mal en point. Nos études font apparaître que dans ces situations les pauvres souffrent souvent de façon disproportionnée; il est donc important de toujours penser aux couches de population les plus vulnérables dans la programmation des ajustements budgétaires. Bien entendu, il y a des limites aux souffrances que les pays peuvent ou doivent endurer, c’est pourquoi dans des cas particulièrement difficiles nous recommandons de «reprofiler» ou de réduire la dette, ce qui exige des créanciers qu’ils assument une partie du coût de cet ajustement. C’est l’approche que nous recommandons actuellement pour la Grèce.Bulletin du FMI : Le FMI examine de près la question les flux de capitaux. Selon vous, comment vont évoluer les travaux dans ce domaine durant l’année à venir?  M. Obstfeld : La crise financière mondiale tout comme les crises précédentes ont montré que les afflux de capitaux peuvent avoir des effets déstabilisateurs, notamment en alimentant l’expansion du crédit dans les pays récepteurs et en y aggravant l’instabilité financière. Les pays finissent par se trouver en danger lorsque les capitaux repartent en sens inverse et que les fonds se pressent vers la sortie. En 2012, le FMI a adopté une «position institutionnelle» sur les conditions dans lesquelles les mesures limitant les flux de capitaux pourraient se révéler utiles; celle-ci se basait en partie sur d’importants travaux réalisés par le Département des études. Le FMI a entrepris de dresser un bilan de l’expérience des mesures liées aux flux de capitaux de ces dernières années, et se pose la question de savoir si la position institutionnelle doit être modifiée et, dans l’affirmative, de quelle manière. Avec un défi supplémentaire qui consiste à inclure le rôle parfois complémentaire des politiques macroprudentielles. C’est là un exemple qui montre à quel point nous nous efforçons de tirer les enseignements de l’expérience et de faire évoluer notre pensée en conséquence.Bulletin du FMI : Que dire de l’évolution récente du commerce mondial; en quoi le repli de l’activité influe-t-il sur votre réflexion?M. Obstfeld : Pendant l’après-guerre le commerce extérieur a été un remarquable moteur de croissance mondiale et il peut continuer de l’être. Les raisons qui expliquent le récent ralentissement du commerce mondial ne sont pas parfaitement comprises : elles vont du faible niveau des investissements mondiaux à la chute des cours des matières premières en passant par la contraction éventuelle des chaînes de valeur mondiales, mais nous remarquons que le ralentissement semble se concentrer dans les pays émergents. Nous aurons une analyse beaucoup plus complète des causes dans l’édition d’octobre 2016 des Perspectives de l’économie mondiale. Cela dit, nous avons appris une chose sur le commerce international : les conséquences de ce ralentissement sont complexes et elles comprennent notamment des changements dans la répartition du revenu et de l’emploi que beaucoup de pays n’ont pas correctement gérés. Cette contreperformance a nourri des sentiments protectionnistes. Je dirai pour conclure que le récent ralentissement de la croissance du commerce international peut certes être jugé plus ou moins inquiétant mais qu’a priori il n’apportera rien de bon pour personne.

© Multimedia Investments Ltd Terms of Use/Disclaimer.